Suis-je grosse?

Vous vous posez sûrement la question de savoir ce qui se cache derrière ce titre  et je vais éclairer votre lanterne.

Vous êtes-vous déjà retrouvé dans un magasin de fringues à acheter sans essayer des vêtements hyper tendance? Sauf que pour ces vêtements et le prix que vous y mettez, vous vous êtes dit: « je vais les prendre dans une taille plus petite car de toute façon je suis entrain de faire/ je vais faire un régime et cette taille sera la mienne en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire ».

Il m’est même déjà arrivé d’essayer un tailleur dans ma taille (46 à l’époque) et d’acheter le tailleur en 40 en expliquant piteusement à la vendeuse que c’était pour un cadeau pour ma petite sœur 🙂 .

Alors qu’est-ce qui nous pousse à acheter des vêtements pour lesquels il faut perdre près de 20 kg avant de pouvoir les porter? A-t-on même conscience que nous devons perdre tout ce poids avant de pouvoir se pavaner dans ces vêtements?

Dans mon cas, je souffrais clairement de déni de grosseur car j’ai passé près de 4 ans à continuer à acheter des vêtements en taille 40 (ma taille avant ma prise de poids) alors que je faisais clairement une taille 46 bien tassée voire 48.

C’est dire si notre mental peut nous jouer des tours ; Ce que je pensais être ma réalité ( pas trop loin de faire taille 40, un petit régime et oups c’est bon) était en fait une réalité alternative, une apparence de réalité que mon mental avait construit afin de me protéger de la réalité affreuse que mes excès en tout genre m’avaient tout droit conduit à une prise de poids « énormissime ».

Quand nous sommes en mode déni, aucune personne externe ne peut nous convaincre de l’inverse et cela peut même conduire à des disputes et des rancœurs envers nos proches. Je me souviens encore de cette belle robe en soie que ma belle-sœur a voulu m’offrir et elle m’évoquait vouloir la prendre en T46 et moi je persistais à dire que je faisais au grand max une T42 ce qu’elle accueillit avec tout le scepticisme que sa vue en très bon état lui indiquait. Elle avait finalement pris la robe en T46 et elle m’allait parfaitement ; qu’à cela ne tienne, je lui en ai longtemps voulu de « m’avoir prise pour une grosse »

C’est ce même déni qui nous pousse à ne pas nous acheter des vêtements à notre vraie taille car comme nous aimons à nous le répéter, nous allons perdre ce poids « bientôt », avec ce nouveau régime à la mode…… Mais « bientôt » s’est révélé être 7 ans pour moi… C’est une bien longue période à passer sans prendre de plaisir à s’acheter des vêtements tendance que l’on peut porter tout de suite et dans lesquels on se sent à l’aise (pas trop serré hein? )

Comment suis-je sortie de ce déni ? Je ne saurais clairement vous le dire mais en octobre 2013, j’ai eu une sorte de déclic et cela s’est manifesté par un achat compulsif de beaux sous-vêtements dans ma taille … ce fameux 46… Sous-vêtements dont j’ai pu profiter à peine 2 mois car à cette même période, ayant fait la paix avec ma taille, « ma réalité effective », j’ai enfin pu mentalement me préparer à maigrir et cette fois ci j’y suis arrivée.

En conclusion, même si je ne saurais vous expliquer clairement comment vous départir de cet état de déni de grosseur, je peux vous garantir ceci, en sortir est intimement lié à votre succès dans ce voyage vers la minceur.

Venez nombreuses partager avec moi vos plus marrantes anecdotes sur ce déni de grosseur, j’en ai encore quelques-unes en réserve 🙂 .

Par Nelly C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *