Comment le jeûne intermittent va vous aider à maigrir?

Le jeûne intermittent consiste à alterner des périodes de jeûne (privation de nourriture, boissons gazeuses, alcool, etc.) et des périodes d’alimentation normale. Il n’existe pas de schéma de jeûne intermittent type ; chacun est libre d’en disposer comme il veut. Vous pouvez le pratiquer sur quelques heures (par exemple de 16h à 8h) ou sur une journée entière (voire plus). D’autre part, libre à vous aussi de déterminer la fréquence à laquelle vous voulez observer ce jeûne : tous les jours en cas par exemple de jeûne sur quelques heures, 1 fois par semaine, 2 fois par semaine, etc.

Peu importe comment vous vous organisez, l’important est de respecter la condition privative et de pratiquer le jeûne sur une période assez conséquente si vous voulez maigrir assez rapidement tout en profitant des bienfaits santé que celui-ci procure.

Comment le jeûne intermittent agit-il concrètement ?

  1. Baisse du niveau d’insuline

Lorsque les niveaux d’insuline sont élevés, vous êtes en mode de stockage de graisse. De plus lorsque l’insuline est élevée, vous êtes incapable de brûler la graisse située dans vos réserves de graisse.

Des études ont démontrées que le jeûne, sur une durée aussi succincte que 24 heures, permet de réduire considérablement votre niveau d’insuline. Ceci est particulièrement important parce que votre corps a besoin d’un niveau d’insuline faible afin de  brûler sa graisse.

Dans une étude menée sur des personnes qui ont jeûné pendant 72 heures, les niveaux d’insuline plasmatique avaient chuté de façon spectaculaire, pour atteindre un niveau qui était moins de la moitié des niveaux initiaux. Ce qui est encore plus impressionnant est que 70% de cette réduction s’est passée pendant les 24 premiers heures du jeune.

  1. Augmentation de la lipolyse et du brûlage de graisse

Il y a quelques étapes très importantes dans le processus de combustion des graisses. Tout d’abord, votre graisse doit être «libérée» de votre tissu adipeux. Les scientifiques appellent ce phénomène la lipolyse (processus de libération des acides gras qui composent votre graisse, et le déplacement de ces acides gras dans votre sang afin qu’ils puissent éventuellement être brûlés comme carburant par les muscles et les organes internes).

Un groupe de scientifiques de la branche médicale de l’Université du Texas  à Galveston a examiné comment le jeûne à court terme affecte la graisse et le métabolisme du sucre dans notre corps. Après seulement 24 heures de jeûne, la quantité de graisse libérée (lipolyse) et la quantité de graisse utilisée comme  carburant par le corps (oxydation) a significativement augmenté de plus de 50%.

  1. Augmentation du nettoyage cellulaire

Pour vraiment comprendre les avantages sur la santé à long terme du jeûne, nous devons nous pencher sur un processus unique dans le corps humain appelé «autophagie».

L’autophagie est le processus dans votre corps qui est responsable de la dégradation des organites, membranes cellulaires et protéines endommagés et défectueux. Concrètement, il s’agit du « système de maintenance interne cellulaire» de votre corps qui identifie et rejette les parties endommagées ou défectueuses de nos cellules.

Plus simplement, l’autophagie est une forme de nettoyage qui doit se produire en prérequis avant que la croissance et la réparation de nos cellules ne puisse se produire.

Un dysfonctionnement de l’autophagie est considéré comme l’une des principales raisons de l’accumulation de dommages cellulaires dans notre corps et donc du vieillissement accéléré du corps humain. En d’autres termes, le processus d’autophagie peut être un élément essentiel du mécanisme antivieillissement.

L’état de jeûne semble être un des signaux déclencheur de l’autophagie  qui s’arrête dès que l’on  s’alimente (même de petites quantités de glucose ou d’acides aminés sont capables d’inhiber l’autophagie) : En plus de stopper toute possibilité d’ingérer des toxines, le jeûne, activant l’autophagie, aurait donc une action détoxifiante à l’intérieur même de nos cellules.

Des études sur les maladies neuro-dégénératives ont montré que les neurones pouvaient éliminer leurs toxines et régénérer leurs mitochondries abimées lors d’un jeûne intermittent (ou alterné). Ce type de jeûne déclenche l’autophagie au niveau du cerveau et serait nettement plus efficace pour cela que les autres diètes restrictives.

Par Nelly C.

© Crédit photo – Tanvir Alam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *