Je mange tout ce que je veux et je maigris

Si vous êtes comme moi, vous avez sûrement des copines minces qui vous répètent cela à longueur de temps et avec du recul, je sais maintenant qu’elles sont souvent de bonne foi.

Pendant longtemps, quand je transportais mes 20 kg en trop, je croyais sincèrement que c’était une façon de me narguer voire de minimiser l’effort que cela représentait de perdre du poids.

En effet, si elles pouvaient manger tout ce qu’elles voulaient sans grossir, pourquoi moi avec mes multiples restrictions, je n’arrivais même pas à perdre ne serait-ce que 2 kg ?

Je me disais « Que la vie est injuste, Myrtille peut manger tout ce qu’elle veut et elle ne grossit pas d’ailleurs ce midi à la cantine, elle s’est même autorisée des frites tandis que pour moi, la seule vue des frites suffit à me faire grossir (Bien sûr 🙂 ) »

Aujourd’hui, je réalise à quel point mon raisonnement s’avérait illogique car au lieu de me focaliser sur la locution « manger tout ce qu’elle veut » et y projeter ce que je voulais, la bonne question à poser à Myrtille et à toutes mes copines semblables était  plutôt: « Mais qu’est-ce que vous voulez ? (manger)», « Que signifie pour vous tout ce que je veux ? », « Pouvez-vous me détailler ce régime alimentaire qui vous fait maigrir ? ».

En effet, jusqu’à preuve du contraire, « tout ce que je veux » n’est ni un macronutriment (protéines, glucides, lipides) encore moins un micronutriment (vitamines, minéraux, antioxydants) !

Et effectivement, quand je creuse un peu plus, voici ce que Myrtille « veut » et ce vers quoi elle est naturellement attirée: Brocolis, tomates, poissons, fruits, yaourts tandis que dans mon cas, ce que je « voulais » consistait le plus souvent à : Frites, glaces, chocolats, pizzas, sodas, cordon bleu, M&Ms.

D’ailleurs un paquet de Haribo faisait facilement 1 an chez Myrtille tandis que dans mon cas, il disparaissait dans les tréfonds de mon estomac en moins d’1h. Je peux vous citer plein d’autres exemples de ce type mais je suis sûre que vous saisissez déjà le sens de mon argumentation.

Il ne faut définitivement pas avoir l’intelligence d’Einstein pour comprendre quel résultat sur le poids aura ce que Myrtille «voulait» comparativement à ce que je « voulais »

Attelez-vous à traduire, expliciter le sens du « tout ce que je veux » pour vous et ne perdez plus une seule minute à vous lamenter sur votre pseudo malchance de ne pas pouvoir manger « tout ce que je veux » et maigrir.

« Tout ce que je veux » peut signifier manger équilibré et effectivement vous faire maigrir MAIS

« Tout ce que je veux » peut aussi signifier malbouffe et par conséquent avoir l’effet inverse

En somme « Tout ce que je que veux » n’est pas un aliment !

Par Nelly C.

© Crédit photo – Helga Weber

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *