Maigrir grâce à la cuisson à vapeur douce?

cuisson vapeur douce: le vitaliseur de Marion

En janvier dernier nous interviewions le professeur Henri Joyeux qui a révélé, explications à l’appui, que 1 cancer sur 3 était lié à une mauvaise alimentation.

Aujourd’hui, lorsqu’on parle de mauvaise alimentation, la plupart d’entre nous fait directement l’amalgame avec la malbouffe ; ce qui n’est pas faux mais qui n’est vrai qu’en partie. En effet, la malbouffe est un signal d’alarme de mauvaise alimentation mais la qualité nutritionnelle des aliments que vous allez ingérer en est un autre. Et donc vous aurez beau consommer les meilleurs légumes du monde mais ci ceux-ci sont vidés de leurs propriétés nutritives, alors on parlera aussi de mauvaise alimentation car ce que vous mangez ne permet pas à vos organes de remplir pleinement  leurs fonctions vitales.

En effet tout le monde a une idée claire de ce qui rentre dans la catégorie « malbouffe » mais très peu semble avoir une information juste sur ce qu’est la « bonne cuisson », en d’autres termes, la cuisson idéale, celle qui va nous permettre de réaliser des plats goûteux tout en préservant la qualité nutritionnelle des aliments.

Pour bien faire, on devrait manger les aliments dans leur état le plus naturel possible c’est-à-dire crus car c’est uniquement consommés dans cet état qu’ils vont libérer leur plein potentiel une fois dans notre corps grâce à une présence en abondance de vitamines, de minéraux, de fibres, permettant ainsi au corps de s’auto-réguler et de renforcer ses défenses naturelles.

Manger cru peut sembler être un extrême (même si pourtant très bon pour notre corps) compte tenu du mode d’alimentation que nous connaissons depuis des générations. Mais justement parlons de ce mode d’alimentation qui lui aussi est un extrême et pourtant qui ne nous veut pas que du bien. Nous avons dans nos plats aujourd’hui des aliments trop cuits qui ont perdu toute leur vitalité et qui se comportent comme de véritables déchets une fois ayant traversé notre intestin grêle (plus aucun intérêt nutritionnel pour le corps). Sauf que le corps, tout comme une voiture, a besoin de son carburant et ne peut fonctionner de manière optimale si ce dernier est médiocre (ce qui est le cas lorsque nous consommons des aliments trop cuits), d’où les nombreux dysfonctionnements qu’on connaît aujourd’hui (maladies dégénératives, problèmes de peau, excès de poids, perte d’énergie, etc.).

Comment donc manger mieux et intelligent ?

La cuisson à la vapeur douce: En avez-vous déjà  entendu parler ? Et ici bien sûr je ne parle pas de la commune cuisson à la vapeur que tout le monde connaît mais bien de la cuisson à la vapeur douce, une cuisson qui semble révolutionner notre mode de cuisson actuel en appréhendant les aliments sous un angle nouveau pour le bonheur de nos papilles gustatives, mais aussi et surtout de notre organisme !

 La vapeur douce kesako ?

La cuisson à la vapeur douce est une cuisson qui va préserver les nutriments et la saveur des aliments. Il a été prouvé scientifiquement qu’au-delà de 100°C, la majorité des vitamines et nutriments contenus dans les aliments sont détruits et que certains minéraux et oligo-éléments deviennent non absorbables par l’organisme, ce qui les rend toxiques pour notre corps (c’est cette toxicité élevée par l’accumulation de déchets dans notre corps qui est justement responsable du stockage de graisse).

La grande promesse de ce type de cuisson est de maintenir la cuisson des aliments à une température inférieure à 100°C (température maximale de 95°C), ce qui est bien loin des 200 à 280° de la cuisson actuelle (à partir du moment ou une eau commence à bouillir, elle dépasse déjà la barre des 100°C).

Un matériel spécifique permet de réaliser ce type de cuisson. Des travaux scientifiques menés par Marion Kaplan et l’ingénieur chimiste André Cocard ont permis de mettre sur pied un ustensile de cuisson qui permet de préserver ces nutriments, minéraux et enzymes dont le corps a besoin au quotidien. Marion Kaplan a d’ailleurs déclaré :

«…nous avons mis au point un cuiseur vapeur qui permet de respecter à la fois les qualités organoleptiques des aliments et leurs qualités nutritionnelles. Durant leur cuisson dans cet appareil, les mets gardent en effet toutes leurs saveurs mais aussi leurs vitamines, minéraux et enzymes. De plus, les mauvaises graisses, les toxines, pesticides et autres additifs qu’ils renferment sont éliminés en tombant dans l’eau de cuisson. Par ailleurs, les cuissons se font en quelques minutes seulement. À chacun ensuite d’apprêter les aliments cuits ainsi selon son choix. »

Doit-on complètement abandonner nos mets traditionnels qui demandent une cuisson longue et intense ?

Je ne pense pas qu’il faille arriver jusque là : se priver complètement de toutes nos délicieuses recettes de grand-mère. Le but ultime est plutôt d’incorporer au maximum dans son régime des aliments à fort pouvoir vibrationnel, notamment des salades, des jus de fruits et légumes frais (fait maison), des aliments cuits à la vapeur douce, des graines et noix. Pour cela un changement s’impose c’est certain, un pas vers le mieux-manger et le mieux-être. De cette manière, on s’assure de prévenir et de ne pas colporter à son insu quelques gros soucis de santé qui pourraient altérer notre qualité de vie.

Je vous laisse ici avec une vidéo de Marion Kaplan qui n’aurait pas pu être plus explicite et claire que ça sur le sujet.

 

      Le vitaliseur de Marion

cuisson vapeur douce: le vitaliseur de Marion

   Autre modèle                    Des recettes 1                 Des recettes 2

                   

 

                        

 

Par Sonia C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *