4 astuces pour vaincre sa culpabilité après un écart

Si vous êtes comme moi, vous avez dû lors de vos différentes tentatives de perte de poids faire l’expérience d’écarts non programmés. Je parle de ces envies gourmandes subites que vous essayez de refréner au mieux mais qui finissent par vous submerger telle une vague déferlante sur une plage paisible et avec tous les dégâts collatéraux que cela engendre. Outre la prise de poids ou du moins l’absence de perte de poids que cela peut engendrer (surtout si vous avez fait une orgie alimentaire), le dommage le plus pernicieux et destructeur est à mon sens ce sentiment de culpabilité, de honte qui vous envahit face à l’échec (encore un de plus) que cela représente dans votre esprit d’avoir violer la sacro-sainte loi de votre régime !

Nous ignorons souvent au niveau conscient cet élément destructeur pour nous focaliser et ne parler que du risque des kg en trop auquel nous nous sommes exposés en « trichant » le régime. Pourtant au niveau de notre subconscient, le travail de sape est entamé, cette culpabilité de ne pas avoir résisté, de ne pas avoir été assez forte fait écho à toutes les situations similaires du passé et renforce ces connexions neuronales à notre grand détriment.

En effet, c’est souvent ce qui explique pourquoi après un tel dérapage alimentaire, nous poursuivons sur la même lancée pendant plusieurs jours comme pour nous « punir » d’avoir cédé à la tentation, ce qui aggrave encore plus la situation car rien de bon ne peut sortir d’un tel engrenage.

Après mûre réflexion, je suis intimement persuadée que cette culpabilité prend autant de place justement parce que nous ne nous l’avouons pas au niveau conscient, nous ne l’acceptons pas pleinement et ne lâchons pas prise.

Alors me direz-vous, comment faire pour se l’admettre et combattre ainsi tous ses effets subséquents?

1. Parlez-en car comme dit un adage populaire « faute avouée à moitié pardonnée ». Confiez cette peine à une personne de confiance mais d’abord à vous-même en choisissant précieusement vos termes («Je n’ai pas su résister à ce chocolat et je n’ai donc pas assuré sur ce coup-là » vs « je n’ai pas su résister à ce chocolat et donc je suis nulle et c’est toujours pareil»). Cela vous permet en somme de condamner l’action mais pas la personne et c’est très important que vous ne vous dévalorisiez pas.

2. Procédez à l’analyse de la situation afin d’en tirer des leçons pour le futur . Posez-vous tout simplement des questions : Pourquoi ai-je ressenti ce besoin de chocolat ?Depuis combien de temps cela dure? Combien de temps ai-je réussi à résister avant de céder ? Qu’aurai-je pu faire pour me changer les idées? Que puis-je faire à l’avenir pour ne pas me retrouver dans cette situation ? Vous verrez qu’à l’issu de cette introspection, vous aurez déjà pas mal dédramatisé la situation.

3. Remémorez-vous tous les moments où vous avez fait preuve de volonté face à la tentation  Et ne me dites pas « Mais Nelly, c’est justement le problème, il n’y en a pas car je ne suis pas forte, blablabla….. ». Du moment que votre régime a tenu au moins 1 journée, vous avez forcément fait les bons choix dans cette journée donc pensez à ces moments-là, à chaque repas où vous avez choisi en pleine conscience de manger sainement et célébrez votre fortitude ! Si vous avez pu le faire une fois, c’est que vous en êtes capable et que cet échec ne doit en rien déterminer vos actions futures. Laissez donc vos succès ainsi célébrés et valorisés déterminer la suite.

4. Donnez-vous un gage pour compenser ce dérapage. Cela permettra de clôturer l’épisode car vous serez à même de vous pardonner vu que vous avez fait amende. Typiquement vous pouvez vous challenger à manger ultra sain pendant 2 jours consécutifs afin de compenser votre écart ou tout autre gage qui vous paraît suffisant et au terme duquel vous êtes confortable (consciemment et inconsciemment) à vous autoriser à dire « Cette dette est réglée, je passe à la suite ».

Cette liste est loin d’être exhaustive et je vous encourage à y rajouter toute autre action qui va dans le sens d’accepter totalement votre dérapage, de vous pardonner puis de tourner la page. La réussite ou l’échec de votre régime, loin d’être fonction du nombre d’écarts que vous avez fait, est plutôt fortement corrélé à la façon dont vous avez rebondi/réagi après chacun de ces écarts.

Ne laissez pas votre culpabilité gâcher les efforts extraordinaires et louables que vous faites au quotidien !

Par Nelly C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *